lundi 30 avril 2012

Cinquantième article

Voilà. C’est le 50ème article de ce blog. Eh oui, déjà. Ça passe vite. Alors pour célébrer cela, j’ai décidé de vous présenter la liste de mes dix jeux vidéo préférés de tous les temps. Je ne parle pas des jeux que je considère comme les meilleurs, mais de ceux que moi personnellement je préfère. Il y aura évidemment des surprises et je pense que beaucoup ne seront pas d’accord avec cette liste. Chacun ses goûts. J’expliquerai d’ailleurs mes choix. Il est temps de commencer. Pour maintenir le suspens, je vais commencer par le dixième avant de finir avec le premier. Non, non, non, n’allez pas tricher en regardant en bas, ce n’est pas drôle. Allez, il est temps de commencer.

 N° 10 Kirby's Dream Land

Oui. Un jeu Kirby dans ce top, figurant à la dixième place. Pourquoi ? Et pourquoi Kirby’s Dream Land, le tout premier, qui se finit en un quart d’heure ? Eh bien tout simplement parce que ce jeu m’a véritablement marqué. Ma première console de jeu de salon fut la Nintendo 64, et pendant longtemps je n’ai possédé que la Game Boy. J’y ai donc énormément joué. Super Mario Land et sa suite entre autres, pour ne citer que les meilleurs. Et un jour, par hasard, j’ai découvert Kirby’s Dream Land. Et que j’ai aimé ce jeu. Mais le pire dans tout ça, c’est que pendant cinq ans je n’ai jamais réussi à finir le jeu ! Oui, c’est aberrant. Tout le principe des boss est le même pendant tout le jeu, et je n’ai jamais réussi à battre Dadidou (King Dedede) avant qu’on ne me dise comment. Je suis pitoyable, je sais. Mais depuis, je connais le jeu par cœur et mon record est de 14 minutes, sans cheat. Mais si j’ai adoré ce jeu, c’est avant tout par son univers et son gameplay. Cette boule blanche (oui, je sais, Kirby est rose, mais sur la boîte européenne de Kirby’s Dream Land il est blanc !) qui vole, qui mange des tomates, qui aspire ses ennemis et recrache ensuite pour éliminer ses adversaires, c’est révolutionnaire. Et en plus, la musique est fabuleuse. Alors bien sûr, ce jeu est attaché à mon enfance, donc forcément, ça aide, mais quand même. Je pense qu’il s’agit d’un des jeux auxquels j’ai le plus joué durant toute ma vie. Parfois, il s’agit de faire simple et juste d’avoir une bonne idée pour faire un grand jeu. Sacré Kirby va !


N°9 The Legend of Zelda : A Link to the Past

Bon, rien qu’avec ce jeu en cette position, je vais me faire lyncher et je vais perdre la totalité de mes lecteurs (c’est-à-dire trois personnes en moyenne). Surtout quand on voit le reste du classement et donc des jeux qui précède ce chef-d’œuvre. Alors pourquoi uniquement neuvième. Eh bien, parce que je préfère huit autres jeux. Même si pour être franc, il aurait très bien pu intervertir sa place avec le huitième. Pour dire ce qui est, je considère A Link to the Past comme l’un des trois meilleurs épisodes de la série The Legend of Zelda. J’ai une sorte de trilogie ultime de la série, ce qui ne veut pas dire qu’ils font forcément partie de la ludothèque de mes jeux préférés. Donc A Link to the Past, référence ultime du jeu vidéo, chef-d’œuvre absolu qu’on ne présente plus, deux univers pour un seul Hyrule, une ambiance énorme, bref, quasi la perfection. Et pourtant, seulement neuvième. Ça aurait pu être pire, il aurait pu ne même pas figurer dans ce classement. Mais là j’avoue que je n’aurais plus réussi à me regarder dans une glace. Aller, assez parler du passé, passons à l’avenir avec la huitième place.


N°8 Final Fantasy VII

Oui, uniquement huitième. Et comme je l’ai dit, j’aurais même pu le mettre neuvième et A Link to the Past huitième. Mais voilà, j’ai beau aimé la série Final Fantasy, je ne suis pas non plus fan absolu. Attention, c’est très très bon, il faut dire ce qui est, et j’aime vraiment, mais ce n’est pas ma licence préférée. Cependant, disons ce qui est, Final Fantasy VII est excellent. C’est d’ailleurs pour cela qu’il figure parmi  mes jeux préférés. Ses personnages, ses combats dynamiques, son histoire (qui tient surtout grâce à ses personnages), ses musiques et ses thèmes tous meilleurs les uns par rapport aux autres. J’avoue que j’ai pris un véritable plaisir à jouer à ce jeu auquel je n’ai joué que très tard finalement. Mais mieux vaut tard que jamais, surtout lorsqu’il s’agit de Final Fantasy VII.


N°7 Beyond Good and Evil

Ce jeu n’est peut-être que septième de ce classement, il n’en reste pas moins un chef-d’œuvre absolu monumental qui aurait presque pu mériter la première place. Michel Ancel est un dieu, je ne le dirais jamais assez. Beyond Good and Evil, son premier grand jeu qui n’est pas un Rayman, est tout simplement une merveille. Je l’ai connu à sa sortie, mais de nom uniquement, puisque tout le monde m’en vantait les mérite, mais je n’ai pu y jouer qu’assez tard, encore une fois. Comme quoi, il a fallu attendre l’après bac pour que je puisse enfin avoir la liberté de jouer autant que je le souhaite. Huit ans et demi après sa sortie, on se souvient encore de ce jeu comme une perle absolue. Véritable concentré de génie et d’émotions, Beyond Good and Evil n’a pas forcément eu le succès public qu’il méritait, mais quoiqu’on en dise, le bijou de Michel Ancel demeure encore aujourd’hui comme une référence et comme l’une des plus grandes réussites pour un jeu français. Rarement je n’ai été aussi ému qu’en jouant à ce jeu. Le scénario est génial et les personnages regorgent d’humanité. Comment ne pas verser une larme, si ce n’est plus, en jouant à ce jeu qui dépasse de loin le simple stade du divertissement vidéo ludique ? Ce jeu est de très loin un des meilleurs auxquels j’ai eu la chance de jouer. Et en plus, la musique est tout simplement purement excellente. Beyond Good and Evil n’est peut-être que septième, mais parfois je me dis qu’il pourrait être premier.


N°6 Final Fantasy VI

Final Fantasy VII n’est peut-être pas septième, mais Final Fantasy VI lui est bien sixième. Alors pourquoi je place Final Fantasy VI au-dessus de Final Fantasy VII ? Parce que je le préfère, tout simplement. Oui, c’est évident. Mais pourquoi donc je le préfère ? Déjà, je suis plus attaché aux personnages. Oui, sacrilège pour la plupart. Mais désolé, Terra est tellement intéressante est complexe (oui, je sais, c’est aussi le cas de Clad). Edgar est tout simplement génial. Sabin est très drôle. Et puis toutes les quêtes sur les personnages et leur passé. Cyan et le train fantôme. Mince quoi, c’est du rarement vu dans un jeu. Et faire passer autant d’émotion et de charisme dans un jeu Super Nintendo, chapeau. Et puis Kefka, c’est quand même un méchant vraiment méchant. Je dis pas que Sephiroth est tout pourri, mais au final, c’est plus son background qui est intéressant plutôt que ses actions dans le jeu. Il reste caché dans une grotte à partir de la fin du CD 1, youpi. Kefka, il va vraiment loin dans l’ignominie, et les développeurs vont même jusqu’à mettre en place certaines scènes de telles sortes que toute sa méchanceté puante et immonde ressort encore plus. Et pour ce qui est du gameplay, je le préfère à Final Fantasy VII. Quatre personnages en combat au lieu de trois, le système des Espers meilleur à mon goût que celui des Materias, et un double univers à explorer véritablement immense. Et puis les musiques encore une fois, monumentales. On m’a dit un jour que le premier Final Fantasy auquel on jouait (hors XIII), était celui que l’on préféré. Eh bien il faut croire que oui.


N°5 The Legend of Zelda : Twilight Princess

Bon, je vais définitivement me faire lyncher pour ça. Pour ceux qui se poseraient la question de pourquoi ce jeu, je vais être franc en disant que moi-même je ne sais pas vraiment pourquoi. Il y a des choses qui ne s’expliquent pas. Avec cet opus, Nintendo a clairement fait un jeu pour les fans d’Ocarina of Time, mettant en scène un univers sombre, violent, et totalement épique. Le jeu pioche donc chez Tolkien et chez Okami, perd un peu de personnalité, mais n’en reste pas moins un digne épisode de la saga. Bien sûr, il n’est pas le meilleur, mais il y a un véritable aspect épique qui se dégage du jeu. Les affrontements sont clairement inspirés des meilleures sagas de fantasy et la densité héroïque est complètement omniprésente, renforçant l’aspect sauvage, brutal et mémorable des évènements. Et surtout les donjons. Rarement des donjons n’avaient été aussi longs et complexes dans la série. La durée de vie aussi, assez phénoménale, avec toujours plein de trucs à faire. Alors bien sûr, je pense que c’est parce que cet univers me plaît que j’ai répondu à l’appel et que j’aime ce jeu, mais bien entendu, il ne fait pas parti des trois The Legend of Zelda ultime dans le sens des trois meilleurs. Mais voilà, force est de constater que j’aime beaucoup ce jeu.


N°4 Super Mario Galaxy

Lorsque le maître du jeu de plate-forme, qui a posé les bases des jeux 2D et 3D revient avec un concept totalement fou au service d’un level design exquis, on obtient Super Mario Galaxy. Je pourrais arrêter mon explication ici. Mais ce serait dommage, bien qu’appréciable. Super Mario Galaxy, ça a été ma claque de l’année 2007. J’y ai joué, et j’ai trouvé cela complètement novateur. Pourtant, le principe des 120 étoiles dans un Mario 3D aurait pu être complètement dépassé, mais non. L’ambiance est géniale, la bande-son est majestueuse, les différents univers tiennent tous du génie, et le concept de la gravité est extraordinaire. Bon, je sais, je fais un peu mon Nintendo Fan, mais mince quoi, Super Mario Galaxy ! On n’avait pas fait mieux en jeu de plate-forme depuis… Ben oui, c’est ça, depuis Super Mario 64 (bien que Super Mario Sunshine soit aussi excellent). Alors voilà, vu comment j’y ai joué comme un porc à ce jeu tellement je l’ai trouvé sublime, il mérite bien cette quatrième place.


N°3 Mario and Luigi : Superstar Saga

Alors oui, encore un Mario, mais il ne s’agit pas de plate-forme cette fois-ci. Si vous avez lu un de mes précédents articles datant du début du mois de mars, vous savez qu’il s’agit là d’un jeu de rôle. Et comme le titre l’indique, Luigi est de la partie. Le jeu, qui n’a pas rencontré un succès si énorme, a connu deux suites sur DS qui ont eu plus de reconnaissance, mais disons tout de suite ce qu’il faut savoir, ce premier opus est le meilleur de tous. A l’époque, je voyais des screenshots du jeu dans les magazines (j’avais pas Internet en ce temps), et je me disais « Wouah, ça a l’air trop bien », alors que j’étais encore un peu étranger au monde du RPG (je me suis rattrapé depuis). Et puis, j’ai acheté ce jeu, sans avoir lu aucun test, parce que j’ai eu une confiance parfaite avec ce que le contenu allait être. Et bon sang ! Si on m’avait dit que le jeu serait aussi extraordinaire. L’aventure est longue (pas assez peut-être, mais quand même), très drôle, vraiment très très drôle, pleine de rebondissements parfois complètement absurdes mais toujours cohérents, doté d’une bande-son géniale, dans les musiques comme dans les « voix », et bénéficie d’une réalisation exemplaire. Je le dis comme je le pense, ce jeu est pour moi un des rares jeux qui mériterait la note suprême. Je m’agenouille devant la réussite, et je profite encore de ce bijou de temps à autre. Un titre qui m’a tellement surpris, et en tellement bien, que forcément, je ne peux que l’adorer. Et en plus, pour les observateurs, il y a Kirby qui fait une apparition, donc évidemment que c’est excellent.


N°2 Super Mario 64

Encore un Mario. Mais je pense qu’on ne peut pas faire plus légitime. Le jeu qui a réinventé les jeux en 3D, qui a posé les bases de tous les jeux de plate-forme non 2D actuels, et qui a prouvé qu’un gameplay de génie était une des clés les plus nécessaires pour réussir un jeu. A sa sortie, avant de posséder la fameuse et inoubliable Nintendo 64, je jouais chez des copains de classe qui l’avaient. Super Mario 64 était évidemment le jeu de prédilection. J’y jouais, mais sans même me rendre compte de la révolution que ce titre venait d’apporter au monde vidéo ludique. Avant tout, pour moi, ce jeu était une évidence. C’était naturellement que les contrôles s’effectuaient et jamais je n’aurais pu penser qu’il pouvait en être autrement. Et c’est pour ça que ce jeu a marqué mon enfance et mon expérience de joueur. J’y ai joué, beaucoup, sans réalisé l’impact de ce jeu, tout simplement parce qu’il n’était pas nécessaire de s’en rendre compte, le simple fait d’avoir la manette en main procure un tel plaisir immense, une telle sensation de satisfaction et de bonheur, que voilà… C’est ça l’expérience vidéo ludique quasi ultime. Toucher du doigt la perfection, mais ne même pas s’en apercevoir parce que c’est naturellement qu’elle est présente, comme si elle avait toujours existé. Une deuxième place entièrement méritée. Un jeu que j’aime tellement, que j’ai acheté la réédition sur DS. Un grand jeu, un monument, un chef-d’œuvre qui a marqué l’histoire, mon deuxième jeu préféré de tous les temps.


N°1 The Legend of Zelda : Ocarina of Time

Ah ben dis donc ! Eh, même moi je ne m’y attendais pas à celle-là. C’est pas comme si je possédais le jeu original sur Nintendo 64, sa réédition sur Gamecube offerte avec la version collector de The Wind Waker, et sa récente ressortie sur 3DS. Si on m’avait dit que ce serait celui-ci mon jeu préféré de tous les temps. Il est inutile de feindre la surprise, c’est une évidence assez grosse quand même. J’ai toujours eu envie d’avoir ce jeu suite à ce que j’en voyais en cette fin d’année 1998, et c’est finalement en février 1999 que la cartouche est arrivée dans ma console. Il s’agit de mon premier jeu de la saga The Legend of Zelda, je ne le nie pas, et comme pour Super Mario 64, le passage à la 3D fut une évidence. Il était logique pour moi que ce jeu soit réalisé ainsi. Je ne vais pas répéter ce que j’ai dit sur la 3D, l’évidence, le bonheur dans la manette, parce que ça pourrait durer des heures. Mais voilà, The Legend of Zelda : Ocarina of Time est mon jeu préféré. L’ambiance unique qui s’en dégage, son inventivité régulière, ses différentes phases de jeu, ses donjons tous proches de la perfection (ou simplement parfait pour le Temple de la Forêt), une musique grandiose, une épopée magistrale… un concentré du meilleur du jeu vidéo. Inutile de parler plus sur le sujet, il suffit d’y jouer pour comprendre. Une chose est sure, ce jeu est mon numéro un, et je pense qu’aucun jeu ne pourra jamais le détrôner un jour.


Alors voilà, ce top 10 est fini. On constate que Nintendo est fortement présent. Il y a trois jeux Mario, et trois épisodes de la série The Legend of Zelda. Deux Final Fantasy (malheureusement, pas le IX, je n’y ai pas encore assez joué, honte sur moi). On constate surtout que je vante constamment les mérites de Michel Ancel, mais qu’au final, une seule de ses créations figure dans ce top. Eh oui, pas de Rayman ou Rayman Origins. Pour tout vous dire, si je devais continuer et faire un top 15, les cinq autres jeux seraient, sans ordre de classement, Super Mario World, The Legend of Zelda : The Wind Waker, Rayman, Rayman Origins et Pokemeon Version Rouge (le tout premier sur Game Boy). Voilà, maintenant vous savez tout de moi et de mes jeux préférés. Et vous, c’est quoi vos jeux-vidéo préférés ?

Je tiens aussi tous à vous remercier, vous qui venaient lire et commenter sur ce blog. Cinquante articles déjà. Et ce n’est que le début je l’espère bien. Merci.

samedi 28 avril 2012

Après les origines, voici la légende

Non, il ne s’agit en rien de la Légende de Zelda. Pour être franc, je n’avais pas prévu du tout d’écrire cet article, j’avais autre chose en tête, mais l’actualité fait que parfois, il faut savoir changer ses plans. Comme le titre l’indique, on va parler d’une légende. Ou plutôt de légendes. Après être revenu à ses origines, c’est dans un jeu au titre mystérieux et ambitieux que revient le héros que tout le monde connaît. Ni Link, ni Mario, il s’agit ici du petit frenchy sans bras ni jambes, le bien nommé Rayman. Oui, il est de retour ! Enfin ! On l’avait attendu pendant huit ans et demi entre Rayman 3 : Hoodlum Havoc et Rayman Origins, et la réussite était au rendez-vous, et pas qu’un peu, et le voici de retour dans Rayman Legends à la fin de cette année. Tout juste un an après son prédécesseur, du jamais vu ! A croire que le dieu du jeu vidéo existe. Maintenant que j’y pense, c’est le cas, et il s’appelle Michel Ancel. Alors, pourquoi se réjouir de ce nouveau Rayman ?

Je ne sais pas si vous l’avez vu, mais hier est tombé un trailer du jeu. Une fuite de chez Ubisoft à propos d’une vidéo qui n’était pas censée être diffusée publiquement. J’ai un peu de mal à croire ça du fait de la qualité de la vidéo, on dirait bien une fuite volontaire, mais certes, je leur accorde le bénéfice du doute. Une chose est sure, Rayman Legends a été confirmé, et sa sortie est bel et bien prévue à la fin de cette année. Le trailer ne présentait que la version Wii U, avec les exclusivités très précises à la prochaine console de salon de Nintendo, et disons le honnêtement, il y a vraiment de quoi s’essuyer la bouche pour nettoyer la bave. Avant de continuer, je vous laisse donc la vidéo, histoire de voir ce que ça donne.

video

Rayman Legends, ça s’annonce donc comme ça. J’avoue que lorsque les premières images sont tombées, il y en avait que trois, je n’avais été que peu convaincu. Tout est relatif, je trouvais ça génial, mais le côté graphismes moins cartoon, et cette sorte d’effets d’éléments 3D ne m’avait pas forcément totalement séduit. Et puis, une suite quasi directe, dans ce qui est des graphismes et du gameplay, même si bien sûr il y a des changements, cela ne m’avait pas non plus attiré. J’ai souvent peur dans ce genre de cas. Surtout que ce serait une première pour Rayman. Mais lorsqu’on y pense, un chef d’œuvre peu posséder une suite aussi magistrale. J’avais peur pour Super Mario Galaxy 2, et finalement on a vu le résultat extraordinaire. Alors entre les mains d’un génie tel que Michel Ancel. Et puis en voyant cette vidéo, toutes mes appréhensions se sont envolées. J’ai même dû sortir un mouchoir. Pour essuyer ma bave aux lèvres bien entendu. Graphismes somptueux bien que plus sombres, univers de légendes qui s’annonce tout bonnement épique, musique grandiose et magnifique, je suis fan (d’ailleurs, est-ce à nouveau le génial Christophe Héral qui s’y colle ? Il n’y a ni ukulélé ni kazoo, je me pose donc des questions), bref que du très bon.

On peut aussi constater des nouveautés telles que le jeu en ligne. Rassurez-vous, vous l’avez bien remarqué, le jeu à quatre potes sur le canapé ne semble pas avoir été évincé, et c’est tant mieux pour la convivialité. En ligne toutefois, des mini-jeux seront présents, ainsi qu’une interface social gaming. Pourquoi pas après tout, même si je ne suis pas fan. Mais surtout, c’est la Wii U et ses spécificités qui sont ici mises en avant. Possibilités d’interagir avec ce qui se passe à l’écran via la tablette tactile/manette. Encore plus de choix entre aider ses potes, ou bien leur faire des crasses pour se marrer, ça, j’aime. Et puis, encore plus frappant, la possibilité de débloquer de nouveaux contenus via des figurines posées sur la tablette/manette. Un peu comme Skylanders, mais directement sur la manette ici. J’avoue, j’ai beau préféré les manières de jouer classique, ça me tente bien. Rien n’a été confirmé sur ce point, ni par Ubisoft, ni par Nintendo, mais bon, je pense que si c’est clairement montré, c’est pas juste pour la blague.

Au final, que dire. Ubisoft s’est exprimé en annonçant que la version finale ne ressemblerait pas à cela. Je ne sais pas si vous vous souvenez des premiers trailers de Rayman Origins, mais même s’il y avait des différences avec la version finale, bien évidemment, le résultat était quand même vraiment proche. Alors je ne sais pas vraiment quoi penser, là, tout de suite. Attendons l’E3 pour très sûrement en savoir plus. Ce que j’espère, c’est que le jeu sera au lancement de la Wii U, ce qui me fera une autre raison pour me procurer la console. Pour le moment, je me mate le trailer en boucle en écoutant sa fabuleuse musique, et je vais racheter des mouchoirs. Ou un bavoir. Quoiqu’il en soit, voici la meilleure nouvelle de cette année pour le moment.

mardi 24 avril 2012

La Wii U

Sous ce titre énigmatique se cache en réalité un article consacré à la prochaine console de salon de Nintendo. Eh oui, dorénavant, il faut l’appeler Wii U, et non plus Projet Café. Ça vous en bouche un coin hein ? … Tout le monde est au courant... Ça a été annoncé à l’E3 dernier… Bon, ok, je m’avoue vaincu. Ce qui ne va pas m’empêcher de développer une réflexion sur cette console, son potentiel, et la façon dont elle pourra être perçue à sa sortie.

D’une part, commençons par ce qui fait l’originalité de la console, ses graphismes. Ah non, c’est pas ça. Sa manière de jouer et d’appréhender le gameplay ? Ouais, on va dire ça. Sa volonté d’essayer de renouveler l’approche du jeu vidéo telle qu’elle existe. En gros, encore une fois, on n’a pas de manette telle qu’on les connait sur les concurrents ou sur les anciennes consoles de Nintendo, mais une sorte de tablette tactile/manette. En fait, une tablette tactile avec des boutons et joysticks sur les côté de l’écran. Mais attention, il ne s’agit pas de la console. Juste de la manette de contrôle. Pas de confusion comme à l’E3 2011 lors duquel personne n’a semblait comprendre ce que la firme de Kyoto présentait. On a donc une console, qui se branche sur le téléviseur, et une tablette/manette pour manipuler tout ça. A noter que les Wiimotes seront aussi compatibles dans certains cas. En fait, c’est le mélange entre une Wii, Un Ipad et une DS (il y a deux écrans, le téléviseur et la tablette/manette), le tout en HD. Il y aura, entre autres fonctions, la possibilité d’envoyer des images de la tablette vers l’écran et inversement, ce qui signifie que si quelqu’un regarde la télé, on peut continuer sa partie sur la tablette/manette tant que la console reste allumée. La reconnaissance de mouvement est aussi de la partie. En multijoueur, en revanche, la console ne pourra gérer qu’une, voire deux manettes/tablettes, ce qui signifie que le reste se jouera à la Wiimote. Honnêtement, je ne sais pas ce que cela va donner… Mais bon, vu le prix de la manette/tablette en même temps, je me doute qu’ils ne vont pas en vendre séparément. Après, pour ce qui est des multiples possibilités que cela offre pour des jeux, le concept est séduisant. Un The Legend of Zelda avec la carte entièrement affichée sur laquelle on peut annoter ce que l’on souhaite, cool non ? En partie déjà fait sur DS, mais n’empêche que ce serait bien. Ou alors un objet type monocle de vérité qui fonctionnerait en positionnant la tablette/manette devant son écranr, comme un révélateur ? Bon, ok, là je ne parle que d’exemple pour la série Zelda, dont je suis fan absolue tout le monde le sait, mais je dois reconnaître, que dans l’immédiat, je n’ai pas non plus des idées folles sur les capacités de gameplay de cette console. Je ne bosse pas pour Nintendo en même temps. Alors voilà, pour résumer, le concept peut paraître séduisant, mais pour le moment encore assez abstrait. Moi, j’avoue, ce qui me plaît, c’est que cette tablette/manette ressemble plus à une manette par rapport à la Wiimote. Là, on va enfin à nouveau tenir entre ses deux mains une sorte de vraie manette, et ça, j’approuve.

Pour ce qui est des capacités graphiques de la console, tout a été dit. Annoncé comme une console HD supérieur à ce qu’une Xbox 360 pouvait faire, tout en restant dans un domaine graphique similaire, on nous avait promis (« on », c’est bien le terme qui convient, personne ne sait vraiment qui a sorti ça) une puissance 1,5 fois supérieur. Puis 1,2. Puis à nouveau dans les environs de 1,5. Et récemment, les développeurs de Darksiders II, jeu qui sera au lancement de la Wii U, ont annoncé qu’ils n’upgraderaient les graphismes du jeu pour la console de Nintendo. Pourquoi ? Parce que la console n’est pas aussi puissante que prévu ? Ou simplement parce que cela leur prendrait trop de temps et provoquerait un retard ? Pour le moment, c’est la thèse des capacités de la console qui est mise en avant. Et puis, récemment, un hypothétique prix pour la console est tombé. 299 euros. Il y a moins de six mois c’était annoncé 450. Il ne faut donc pour le moment croire à rien et simplement attendre un communiqué officiel. Mais si le prix de 299 euros reste, cela signifie éventuellement deux choses. Soit que Nintendo va vendre, encore une fois, à bas prix, à pertes, pour vendre et rester accessible, soit que les capacités de la console sont tout juste équivalente à celle d’une PS3 ou Xbox 360. Surtout que la firme a récemment annoncé que les graphismes n’étaient pas ce qui primaient pour eux, qu’ils prenaient plus en considération l’expérience de jeu. Je rappelle que la carte graphique de la Wii U serait (je me garde d’utiliser un autre emploi que le conditionnel) une ATI Radeon HD 4890, datant de fin 2008 donc (carte graphique datant de 2004 pour la Xbox 360 et 2006 pour la PS3, et personne ne se plaint des graphismes, hormis les pécéistes), avec un processeur quad core à 3 GHz. Je ne sais pas ce qu’il en est véritablement, mais avec ceci, rien de décevant ne semble venir pour ce qui est des graphismes, pour une console qui encore une fois aura une « génération » de retard. Après, pour ce qui est de la réalité, wait and see comme on dit.

Mais c’est surtout la façon dont Nintendo va vendre la console qui m’intéresse. En magasin. Oui, mais non, ce n’est pas de ça que je parle, évidemment en magasin. Je veux dire que je me demande comment ils vont faire pour trouver un bon argument de vente, et surtout comment bien l’expliquer aux potentiels acheteurs. Si les spécialistes n’ont pas bien saisi le concept à l’E3… On verra bien, encore une fois. Heureusement, Nintendo reste Nintendo. J’entends par là que quoi qu’il en soit, il restera toujours les exclusivités de la firme. Mario, The Legend of Zelda, Kirby, etc… Tout cela provoquera forcément des achats compulsifs de certains joueurs, c’est évident. Moi le premier. Sans compter sur d’autres exclusivités prévues, hors Nintendo, tel que l’assez excentrique Killer Freaks From Outer Space d’Ubisoft, par les créateurs des lapins crétins, un FPS dans lequel les ennemis sont des aliens féroces et débiles, ressemblant un peu aux rongeurs idiots, qu’il faudra massacrer dans un torrent d’humour et de gore. Alors bien sûr, il ne faut pas miser tout sur ses licences, la magnifique GameCube n’en a que trop fait les frais, boudée par les développeurs alors qu’elle méritait bien mieux, et devant tout à ses exclusivités, elle est la console la moins bien vendue de la génération (un peu moins de 22 millions dans le monde, la Xbox étant peu en dessous des 25 millions). La Wii a bien réussi à cartonner, mais son concept est simple et évident. La fin d’année s’annonce assez particulière, et Noël très bizarre.

Je finis en ne faisant aucun pronostic. Je ne suis pas Nostradramus (faute d’orthographe volontaire pour jeu de mot pourri, je précise) à prédire la mort ou le bide d’une nouvelle console. La Wii, avec ses graphismes « anciens » a bien réussi à mettre une claque à tout le monde. J’espère juste que la Wii U sera moins casual que la Wii, ou du moins qu’il y aura plus de jeux pour hardcore gamers (il y en a quand même sur Wii, il ne faut pas croire), ce qui pour le moment est laissé croire. Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve, enfin si, la Wii U. On va simplement dire que je ne sais pas ce que l’avenir réserve à la console. Patience, attente, E3, c’est la seule chose qu’il nous reste avant de vivre cet avenir à la fin de l’année.

mercredi 18 avril 2012

Les Pegi dans les jeux vidéo

Je me souviens d’un temps, que les moins vingt ans, ne peuvent pas connaître. Enfin, j’exagère un peu, mais pas tant que ça finalement. Une époque lors de laquelle les jeux 18+ n’existaient pas, ils étaient encore appelés déconseillés au moins de 18 ans, et ils étaient surtout extrêmement rares. Aujourd’hui, les jeux les plus intéressants sont tous classés 18+ (j’exagère un peu, mais pas tant que ça au final), et ce sont aussi ceux qui semblent se vendre le mieux. Ce n’est pas le désespérant Call of Duty qui va me dire le contraire. On peut aussi citer la série GTA ou encore Skyrim, qui figurent parmi les 50 jeux les plus vendus dans le monde. De mon temps (oui, je fais mon vieux rabat-joie), les jeux déconseillés au moins de 18 ans, c’étaient des jeux rares et extrêmement violents. C’était pas à cause de trois gouttes de sang qu’on classait un jeu aussi radicalement. Je ne me souviens plus du nom du jeu, mais dans l’un d’entre eux, on voyait clairement les blessures s’ouvrir et les veines, nerfs, etc… ressortir. Alors oui, ça peut paraître dégueulasse, mais au moins, la classification moins de 18 ans était logique. Je ne vais pas faire ici un article sur pourquoi les jeux violents ou pour les plus de 18 ans étaient mieux avant, cela serait absurde et sans réel intérêt. J’essaie juste de comprendre le pourquoi du comment du Pegi, ainsi que son évolution assez étrange.

 Ecartez les enfants de moins de douze ans, 
ce jeu est un 12+, ça pourrait les choquer

Comme dit juste avant, les jeux 18+ sont de plus en plus courants dans les étalages et sur nos consoles. Pourtant, à une époque, pas si lointaines, une dizaine d’années à peine, ils étaient encore assez rares. Les jeux actuels seraient-ils donc plus violents ? Pas nécessairement. Simplement, la mentalité actuelle et le comité de censure ont évolué. La censure est-elle devenue trop forte ? En partie, mais tant qu’on ne coupe pas les scènes d’un jeu et qu’on préfère le classer plus sévèrement, ce n’est pas trop grave (même si certains jeux, pourtant 18+, ont été, encore récemment, censurés de certaines scènes en France…). Je me rappelle à l’époque, lorsque je jouais à Eternal Darkness, jeu parfois bien gore, et qu’il n’était que déconseillé au moins de 16 ans. J’avais moins de 16 ans, et je n’ai jamais été choqué. L’ambiance est bien flippante, mais ce n’est pas l’avalanche d’hémoglobine et de membres arrachés qui allaient me pousser à me cacher les yeux. Ça reste un jeu, ce n’est pas la réalité, cela restera toujours moins choquant que certaines scènes de films. Et puis, Mortal Kombat : Deadly Alliance. Aussi crade, violent, et gore que le dernier Mortal Kombat, avec ses Fatalities bien immonde. Et pourtant, il n’était que déconseillé au moins de 16 ans. Ça vous troue l’anus les jeunes hein ? Un Mortal Kombat qui n’est pas 18+, et qui pourtant était bien violent. J’ai connu cette époque, et du haut de mes 14 ans (à peu près), je n’y voyais rien d’horriblement dérangeant et gore immonde. Bien sûr ça l’était, mais c’est un jeu vidéo, c’est pas la réalité. Soldier of Fortune 2 : Double Helix, un FPS qui se base sur le réalisme et la possibilité de démembrer ses adversaires selon les endroits où on le vise, n’était que déconseillé au moins de 16 ans à sa sortie, et pourtant, il est extrêmement gore. Et puis, Resident Evil. Le premier, sur Playstation. Déconseillé au moins de 12 ans. Non, vous ne rêvez pas. Quoiqu’en disent les gens ou les sites internet de nos jours, à sa sortie, en 1996, il était simplement déconseillé au moins de 12 ans. L’époque où les jeux moins de 12 étaient encore saignants, les moins de 16 bien violents, et les moins de 18 quasi inexistants. Je ne fais en rien l’éloge de cette époque, je constate simplement ce qui a précédé la génération d’aujourd’hui.

 A l'époque, Soldier of Fortune 2 n'était que déconseillé au moins de 16 ans

Et justement, vous en pensez quoi des Pegi actuels ? En toute honnêteté, je considère que certains sont franchement assez sévères. Bon, ok, je résonne comme il y a plusieurs années, mais franchement. Il suffit qu’un personnage donne un coup de poing à un autre pour qu’un jeu devienne 12+. Le dernier Tintin, le jeu adapté du film de Spielberg, est un 12+, c’est franchement drôle. C’est tellement exagéré comme classification je trouve. Et ce n’est qu’un exemple absurde parmi tant d’autres. Certains 16+ mériteraient d’être 12+ selon mon avis. Et certains 18+ ont, je considère, une classification bien trop élevée. Je prends le jeu qui me marque le plus, ou plutôt la série, Mass Effect. Ok, il y a de la violence, mais en soi, il y a rarement de sang (contre les zombies, c’est différent, mais ça peut passer encore). Il y a certes des grossièretés, mais j’en ai aussi entendu dans des 16+ actuels, et pour ce qui est de la sexualité dans le jeu, rien n’est montré. Pour moi, Mass Effect et ses suites sont parfaitement des jeux 16+. Mais de nos jours, s’il y a plus de trois gouttes de sang, il ne faut pas montrer avant 18 ans. C’est évident non ? Ben il faut croire que non, puisque récemment un jeu est allé à l’inverse de ce principe. Resident Evil Revelations, sur 3DS, est aussi flippant que les premiers opus, et n’hésite pas à faire couler du sang sur les écrans. Et quelle surprise, il n’est que 16+. Alors je ne vais pas m’en plaindre, on revient enfin à une classification logique des jeux, mais pourquoi ? On y voit des monstres qui saignent et meurent dans des mares de sang, des cadavres humains baignant dans leur sang, enfin des choses qui de nos jours sont tout de suite considérées comme 18+, mais non, il est simplement 16+. Pourtant, au Paris Game Week, fin octobre 2011, le jeu était encore présenté comme un 18+. Il y a des choses que je ne comprends pas. Cependant, je trouve ça bien qu’on ne censure plus les jeux n’importe comment. Pourtant, je cite encore un jeu dont je trouve la classification aberrante, de nos jours, pas en mon temps, il s’agit de Divinity II : The Dragon Knight Saga. Le jeu, sorti fin 2010, est un 12+, pourtant on y trouve de la violence avec du sang (peu certes, mais de nos jours, dans un 12+, c’est presque impensable), des termes parfois grossiers, et aussi des contenus sexuels (rien de choquant, mais pour un 12+…). Je me souviens même d’une discussion avec une femme qui nous raconte des ragots et nous annonce entre autres que l’un des personnages aurait des relations avec un de ses animaux de basse-cour ! Oui, vous avez bien lu. Et dans un 12+. Alors bien sûr, le jeu est rempli d’humour, mais de nos jours, un tel jeu, on s’attendrait plus à le voir en 16+. Tant mieux si certains jeux n’ont pas de classifications trop fortes, parce que de nos jours, ça va vraiment trop loin je trouve, et c’est souvent très exagéré.

 Malgré l'aspect gore, Resident Evil Revelations est un jeu 16+

Je vais prendre ou reprendre quelques exemples, afin de montrer ce que je trouve parfois  assez absurdes dans les Pegi actuels. Je reprends la série Mass Effect, que je considère plus comme appartenant à la classification 16+, mais qui pourtant est un 18+. Ces jeux se retrouvent dans la même catégorie que Duke Nukem Forever, qui je considère, est l’un des jeux qui mérite le plus son statut de 18+. On y trouve en effet de la violence extrême envers des aliens comme des êtres humains, beaucoup de gore donc, de la prise d’alcool, de la glorification de certaines substances illégales, de la nudité, de la grossièreté très crue, des contenus scatologiques, et même du sperme. J’en oublie sûrement, mais voilà ce que je justifie à juste titre comme un jeu 18+. A côté de cela, Mass Effect fait pâle figure dans la catégorie. Pareil pour Deux Ex : Human Revolution. Il n’y a que peu de violence et de sang en général, on peut même éviter d’agir dans ce sens, et pourtant le jeu est 18+. Voilà, c’est comme ça de nos jours. Et à côté, certains jeux considérés comme « gores », à l’instar du tout récemment sorti en France Pandora’s Tower, sont des 12+. Je n’y ai pas joué, mais de ce que j’en lis, du fait de son atmosphère, de son ambiance, de son contenu, et de sa « violence » toute relative, on aurait pu penser le trouver dans a catégorie 16+. Je ne le répéterai jamais, tant mieux si on revient en arrière pour la classification de certains jeux, mais je me demande toujours pourquoi certains et pas d’autres. On m’a dit une fois que les gens, et surtout les enfants, qui voyaient le logo rouge 18+ sur un jeu, étaient immédiatement attirés pat l’idée d’y jouer. Ce serait même pour cela que tous les Call of seraient 18+, et qu’on aurait laissé Battlefield 3 uniquement en 16+. Je n’en sais rien pour les jeux, mais pour le logo 18+, cela ne m’étonne pas, les gamins sont attirés par ce qui leur est interdit. Et pour en revenir à Modern Warfare 3 et Battlefield 3, on y retrouve quasiment le même contenu, à peu de chose près, dans ce qui est montré, pourtant l’un est 18+ et pas l’autre. Je ne cherche même plus à comprendre, je constate simplement.

 De la nudité (peu certes), du tabac, des encouragements à boire de l'alcool... 
Il manque la grossièreté crue et la violence extrême pour 
caractériser comme il faut Duke Nukem Forever

Ce qui est encore plus surprenant, c’est de s’apercevoir que la ressortie de certains jeux provoque une nouvelle classification. Je me rappelle, c’était fin 2006 ou courant 2007, et j’aperçois en rayon GTA Vice City sur PC, classifié 18+.Pour vous tous, les jeunes, qui pourraient ne pas comprendre pourquoi cette vision m’a marqué, il faut savoir qu’avant GTA San Andreas, tous les GTA étaient uniquement déconseillé au moins de 16 ans. Quoiqu’en disent les sites internet, c’est vrai, je l’ai vécu. Et donc, quelle ne fut pas ma surprise en le voyant soudainement plus fortement classifié. Alors, je n’ai jamais vérifié de quelle version il s’agissait, la même version française sans sang ni certaines formes de violence, ou la version française non privée de ce qui est dans l’original, mais s’il s’agit de la version censurée, le 18+ est vraiment dur. Pas de sang du tout, pas de décapitation visible, pas de vol de cadavre. Rien de bien choquant alors pour passer de moins de 16 à moins de 18 ans. Et ce qui m’a le plus choqué, c’est que là, ce n’est pas une ressortie, mais juste une nouvelle classification d’un jeu encore en vente. L’autre jeu dont le changement de classification m’a marqué, c’est The Legend of Zelda : Ocarina of Time. Un jeu de la série Zelda, tout public, devenu 12+ sur le WiiWare. Quand le jeu est sorti j’avais dix ans, j’y ai joué à dix ans, je n’ai jamais été traumatisé. Et de même pour la ressortie de Majora’s Mask. Que Twilight Princess soit 12+, à la limite je peux comprendre, du fait de son ambiance parfois oppressante et son atmosphère assez sombre, mais les autres… Même pour Skyward Sword je trouve cela assez sévère, même si de nos jours c’est devenu la norme. Je me demande ce qu’il en serait pour The Wind Waker s’il ressortait. Voilà ce que l’on fait donc au jeu qui ressortent, on les classifie différemment. Comme si la jeunesse actuelle, qui a encore plus l’habitude que les jeunes d’antan de voir des images dérangeantes et violentes, allait être plus choquée que nous. Je cite les The Legend of Zelda, mais il en a été de même pour Beyond Good and Evil, 7+ à sa sortie, transformé en 12+ pour son passage HD. Et encore un autre exemple, à l’instar de GTA III ou Vice City, un moins de 16 ans devenu 18+, Metal Gear Solid 3 : Snake Eater. Voilà, ce sont des exemples parmi tant d’autres, mais je trouve ça assez sidérant.

 Lorsque GTA n'était pas encore 18+

Je vais passer rapidement sur les Pegi des jeux de combats. Les 18+, on les comprend, même s’ils sont peu nombreux dans ce domaine finalement. En revanche, entre les 12+ et les 16+ qui se partagent la part du gâteau, je me demande parfois ce qui fait que l’un sera classifié ceci et pas l’autre. Il y a des armes dans Soul Calibur, et même s’il n’y a pas de sang, bien qu’exagéré, le 16+ peut se comprendre de nos jours, mais entre Dead or Alive, Tekken ou Street Fighter, pourquoi il y a des différences ? Le design sûrement. Street Fighter et son côté cartoon, ça passe mieux je pense. Et pour Smash Bros. ? Les deux premiers sont tous publics, et le dernier, sorti sur Wii, est 12+. A cause de l’épée de Link, trop violente ? Parce que c’est un jeu de baston, et que cela ne convient donc pas à un jeune public, en dépit de la présence de Kirby, Mario et Pikachu ? Ou simplement parce que Snake n’est pas convenable pour les plus jeunes ? Quoiqu’il en soit, c’est tout de même assez aberrant.

 Mon Dieu, c'est trop violent, mettez ça en 12+

Alors voilà, ce n’est pas vraiment un coup de gueule contre les Pegi actuels dans les jeux vidéo en France, c’est surtout un constat et une volonté de comprendre. Je trouve que la plupart sont assez abusifs, ce qui conduit à un nombre assez impressionnant de jeux 18+ de nos jours. Certaines classifications sont aussi de nos jours, avec la restriction d’âge de plus en plus virulente, assez incompréhensibles, comme celles de Resident Evil Revelations je trouve. Je ne sais pas ce que vous en pensez, n’hésitez pas à laisser votre avis, toutes les opinions sont bonnes à prendre je trouve. Moi, je ne le répéterai jamais assez, je trouve les classifications de plus en plus absurdes et souvent assez sévères, mais bon, ce n’est que mon humble avis, que je vous ai fait partager.

 Les 16+ d'antan. Ça a bien changé de nos jours